19/02/2009

Les maisons départementales du handicap sont en «danger», selon l’ADF

A l’occasion du 4e anniversaire de la loi Handicap du 11 février 2005, Valérie Létard, secrétaire d’Etat à la Solidarité s’est contentée d’un communiqué évoquant des «résultats encourageants». Et de citer un effort public qui a augmenté de 6 milliards d’euros en quatre ans.

Mais la ministre reconnaît qu’il «reste des attentes et des vraies marges de progrès possibles, notamment dans le fonctionnement des maisons départementales du handicap (MDPH) et dans l’accessibilité». Pour cette dernière, où le retard reste très important, elle rappelle que «l’horizon c’est 2015 soit dans 2150 jours seulement».


Valérie Létard évoque «des acteurs publics et privés qui (…) doivent être accompagnés et stimulés pour surmonter la complexité et le coût de la réalisation» des mesures nécessaires. Par ailleurs, le gouvernement devait remettre au Parlement, le 13 février, son rapport sur le bilan et les perspectives en matière de handicap. Ce rapport a reçu un avis très critique, le 10 février, du Conseil national consultatif des personnes handicapées. L'Association des paralysés de France a vilipendé «un rapport nul et non avenu», «vide d'orientations qui permettraient de réelles avancées».

De son côté, l’Assemblée des départements de France (ADF) parle de «MDPH en danger» à cause des «difficultés pour obtenir de l’Etat les moyens humains et financiers prévus dans les conventions de mise en place». Dénonçant un risque de dégradation du fonctionnement face aux nouvelles missions régulièrement confiées aux MDPH, elle s’inquiète encore plus du besoin croissant de financements face à un Etat qui «ne respecte pas ses engagements initiaux, mettant à mal la volonté affichée de faire de la compensation du handicap une action prioritaire».

(source La Gazette des Communes)

Les commentaires sont fermés.